Vous cherchez
une publication ?

Notre lettre d'information

 

Action-Recherche « Villes et vivre ensemble - La gouvernance locale de la cohésion sociale » - Comité de pilotage

Le dernier comité de pilotage de l’Action-Recherche « Villes et vivre ensemble - La gouvernance locale de la cohésion sociale » se tiendra le mercredi 11 octobre 2017, de 10h à 16h.

Au moment du comité de pilotage du 21 juin 2017, l’ensemble des Villes et communautés d’agglomération ont accueilli l’étape 4 de l’action-recherche. Celle-ci a normalement permis d’identifier des pistes opérationnelles concrètes pour poursuivre la mise en oeuvre des projets locaux. Sur le plan national, l’équipe de l’Odas a entamé la rédaction du rapport final de l’action-recherche, qui sera remis à l’ensemble des partenaires à la fin de l’année 2017. Ce document sera issu de l’analyse croisée des nombreux éléments observés localement d’une part et travaillés collectivement au niveau national d’autre part. Comme convenu lors du comité de pilotage n°5, il devra également porter des préconisations concrètes pour améliorer la gouvernance locale de la cohésion sociale.

Ce sixième comité de pilotage est l’occasion de clore la dimension locale de l’action recherche. Il marque également la fin des deux derniers sous-groupes de travail thématiques, relatifs au « territoire comme vecteur de transversalité » et au passage « de la coordination à la coopération entre acteurs ». Enfin, il permettra de présenter les principaux constats et les premières pistes de préconisations de l’Odas à l’aube de la rédaction du rapport final de l’action-recherche.

Ordre du jour

9h45 – 10h - Accueil

10h – 13h - Travail en sous-groupes thématiques

Sujet n°3 : Le territoire comme vecteur de transversalité
A l’issue de la première séance, trois défis majeurs ont pu être identifiés pour permettre la mise en place d’une dynamique de territoire cohérente et pertinente. A partir de ces constats, la séance du 21 juin 2017 s’orientera plus spécifiquement sur les liens entre les différents échelons territoriaux, en particulier entre les Villes et les Intercommunalités dans le champ de la politique de la ville et, plus largement de la cohésion sociale. Une réflexion pourra dès lors être menée à partir des questions suivantes :

Quelles conséquences ont eu les récentes réformes territoriales (loi Lamy, loi MAPTAM, loi NOTRe, etc.) sur l’articulation entre Villes et Intercommunalités en matière de cohésion sociale ? Comment s’adapter à ces défis ? Les relations intercommunales infracommunautaires peuvent-elles constituer des leviers pour accompagner ces changements ?

A quelle condition la politique de la ville peut-elle trouver un sens à l’échelon communautaire ? Quel équilibre des rôles peut-il y avoir entre Villes et EPCI dans la mise en oeuvre de la politique de la ville sur les quartiers ? Les documents cadres (contrat de ville, projet social de territoire etc.) sont-ils des outils stratégiques de l’animation entre les deux échelons ? Quel rôle peut avoir le CIAS sur les territoires ?

Comment les Départements s’impliquent-t-ils aujourd’hui dans les quartiers prioritaires ?

Comment trouver un équilibre entre prise en compte des spécificités territoriales et cohérence de l’action intercommunale ? Quelles sont les réponses apportées par les territoires concernant les quartiers de veille ?

Sujet n°4 : De la coordination à la coopération entre acteurs
A l’issue de la première séance, six causes ont émergé comme prioritaires à résoudre au regard de leur urgence, de leur poids pour expliquer la difficulté à construire des relations partenariales stratégiques, du pouvoir d’action des Villes et EPCI pour y répondre et de la capacité du sous-groupe de travail à imaginer des solutions. La séance du 21 juin 2017 se centrera sur la recherche de solutions à une partie ou à la totalité d’entre-elles. Le choix des causes à travailler sera effectué par les membres du groupe, en début de séance.
1. Les critères d’évaluation/de réussite du partenariat ne sont pas établis en commun
et sont donc différents pour chaque partenaire.
2. Les institutions et leurs représentants n’ont pas de vision globale. Ils pensent par
une entrée sectorielle et non par une entrée territoire ou population.
3. Les partenaires ne prennent pas le temps de faire un diagnostic partagé et de
repérer les actions de chacun dès le début du partenariat.
4. Les organisations centrales ont d’autres priorités et les agents de première ligne
ne sont pas déchargés pour nourrir et mettre en oeuvre le partenariat. Il y a un
décalage entre le portage au niveau des institutions centrales et le portage des
équipes de territoire.
5. Les changements permanents d’organisation et de conception du travail collectif
sont trop rapides pour que les professionnels aient le temps de s’y adapter.
6. La Ville n’est pas toujours reconnue comme légitime pour intervenir sur un plan
stratégique dans le partenariat.

14h00 – 16h00 Echanges en séance plénière

- Introduction
Par l’ODAS et le CGET

- Principaux constats de l’Odas à l’aube de la rédaction du rapport final
Présentation synthétique et débat autour des idées fortes et des premières préconisations retenues par l’équipe de l’Odas pour le rapport final de l’action-recherche.

- Questions et remarques diverses

>>En savoir plus sur la recherche-action « Villes et vivre ensemble – La gouvernance locale de la cohésion sociale »

Contact : Lise Pelerin

Mentions légales / Contactez-nous / Plan du site / Flux RSS Flux RSS