Vous cherchez
une publication ?

Notre lettre d'information

 

La finalité de la méthodologie de l’ODAS est de mettre en place une dynamique d’observation partagée, visant l’amélioration des politiques publiques.

Nos axes de travail
Les thèmes de travail de l’ODAS couvrent l’ensemble du champ des politiques sociales :

L’observation des finances, des stratégies et organisations :

L’observation des politiques d’action sociale :

Le repérage et la diffusion des bonnes pratiques :

Commissions, groupes de travail et visites sur site
Le travail au sein des différentes instances de l’ODAS répond à deux principes pédagogiques :

  • Le croisement des regards, conçu à la fois comme une condition d’objectivité des travaux de l’ODAS, et comme une source d’enrichissement. Ainsi, une diversité de représentations politiques, institutionnelles et géographique est favorisée dans la composition des commissions.
  • La liberté de parole, permet une qualité de débats incontestable. Ainsi, au-delà de la représentation institutionnelle de chaque membre de la commission, c’est son expertise professionnelle qui est recherchée et attendue dans les échanges.

Pour répondre aux principes de neutralité, de croisement des regards et de recherche/action qui sont fondateur de la démarche d’observation de l’ODAS, chaque étude menée par l’Observatoire est accompagnée par une des six commissions thématiques organisées par axe de travail (voir plus haut). Lieux d’échange et de débat, ces commissions peuvent également être à l’origine d’études sur des sujets plus spécifiques. Elles en assurent ensuite le suivi, à l’exception de certains travaux transversaux qui s’appuient alors sur des groupes de travail ad hoc et qui fonctionnent selon les mêmes modalités.

Chacune de ces commissions réunit, sur la base du volontariat, des professionnels et personnes qualifiées du secteur concerné, adhérents à l’ODAS ou partenaires des études en cours (représentants des départements, de grandes et moyennes villes, de l’État, d’organismes de la protection sociale, d’associations...). La composition des commissions évolue en fonction des thématiques abordées. Les membres sont régulièrement consultés en réunions plénières au sein desquelles ils ont la responsabilité des remontées de terrain (il s’agit aussi bien d’informations relatives aux stratégies, aux organisations, qu’aux actions mises en place. Les avancées comme les obstacles sont librement évoqués).
Fidèle au principe du croisement des regards, l’ODAS sollicite régulièrement les membres des commissions lors des visites sur site, organisées dans le cadre des études et/ou recherche-action, afin d’enrichir les travaux et de diversifier les remontées de terrain, dans un objectif d’échange et de contextualisation des pratiques observées.

En favorisant une relation de confiance entre leurs membres, et en ne rendant pas public les débats qui y sont conduits, les commissions de l’ODAS favorisent l’expression d’une parole moins institutionnelle. C’est pourquoi elles peuvent être consultées dans le cadre de rapports confiés à des autorités extérieures.

Les enquêtes
En parallèle aux études et recherches/action menées dans le cadre de ses différentes commissions, l’ODAS procède régulièrement à des enquêtes à dimension nationales et locales répondant à des besoins immédiats d’actualité. Elles sont conçues dans le cadre des travaux des Commissions. Ainsi, les acteurs de terrains ne sont pas seulement sollicités pour compléter les questionnaires mais sont associés de la conception (définition des finalités de l’enquête, du programme, de la méthodologie), jusqu’à l’analyse des résultats. Les résultats sont généralement affinés par la des monographies locales, réalisées lors de visites sur site. Ces enquêtes sont ensuite publiées, sous la forme de lettres ou de cahiers.

Exemples d’enquêtes :

Les recherche-action
Il arrive que l’ODAS travaille plus étroitement avec un groupe d’acteurs volontaires sur un sujet précis. Ces démarches, qui s’étalent généralement sur un à trois ans, visent à produire de la connaissance avec les acteurs impliqués, tout en générant du changement chemin faisant. Par conséquent, elles se structurent aux niveaux national (comité de pilotage et éventuellement groupes de travail ad hoc) et local (visites sur site). Les recherche-action donnent lieu à des résultats propres à chaque territoire observé, formalisés par la rédaction de synthèses (confidentielles) ou par l’organisation de séances de restitutions locales. En parallèle, l’ODAS tire des conclusions générales de ces travaux, qui sont rendues publiques à travers des lettres ou cahiers. Les enseignements des recherche-action sont aussi régulièrement relayés à l’occasion de colloques nationaux.

Exemples de recherche-action :

Les publications
Au-delà de la dimension d’échange de savoirs et de pratiques, cette méthode de travail permet à l’Odas de produire des préconisations. Ces dernières, ainsi que les résultats de l’observation, sont généralement valorisés au sein des diverses publications de l’ODAS (Lettres, Cahiers, Ouvrages…).

Les interventions ponctuelles
A la demande d’acteurs locaux ou nationaux, l’ODAS peut également intervenir ponctuellement, en utilisant l’observation partagée comme levier de changement. Ces interventions s’inscrivent dans une temporalité variable (d’une demi-journée à plusieurs journées réparties sur plusieurs mois) et sont systématiquement co-construites par l’ODASet l’acteur à l’origine de la demande. Elles peuvent donner lieu à des temps d’apport nourris par les études de l’ODAS et par les travaux réalisés dans le cadre d’Apriles. Ces journées peuvent également intégrer des temps d’ateliers animés par l’équipe de l’ODAS, à l’aide de différentes techniques en fonction du sujet traité, du temps imparti et de la composition des groupes.

Mentions légales / Contactez-nous / Plan du site / Flux RSS Flux RSS