Vous cherchez
une publication ?

Notre lettre d'information

 

L’actualité

action Apriles

Le RIJV : un réseau en faveur des jeunesses du Valenciennois ( publié le 12-06-2017 )

Afin de faire évoluer les pratiques et les actions en direction de la jeunesse sur le territoire du Valenciennois, le Service Technique pour les Activités de Jeunesse (STAJ) du Nord-Artois, association d’éducation populaire, anime un réseau de (...)

Afin de faire évoluer les pratiques et les actions en direction de la jeunesse sur le territoire du Valenciennois, le Service Technique pour les Activités de Jeunesse (STAJ) du Nord-Artois, association d’éducation populaire, anime un réseau de partenaires locaux. Il s’agit d’améliorer la gouvernance locale de la jeunesse. Ainsi, lors de rencontres régulières, les membres du Réseau des Initiatives Jeunesse du Valenciennois (RIJV) mutualisent et capitalisent leurs pratiques pour apporter une réponse plus adaptée aux jeunes du territoire. Le RIJV veille aussi à valoriser les initiatives locales des jeunes, notamment lors de manifestations publiques.

Cette action a été repérée et expertisée dans le cadre de l’action recherche « Villes et vivre ensemble – La gouvernance locale de la cohésion sociale », menée par l’Odas en partenariat avec le CGET.

Une action expertisée par Apriles, l’Agence des pratiques et initiatives locales de l’Odas.

>>Lire la suite sur www.apriles.net

En savoir plus

Action Apriles

lternativ’hotel : une solution à l’urgence de l’hébergement ( publié le 12-06-2017 )

Afin mettre les familles déboutées du droit d’asile et hébergées dans le cadre de la protection de l’enfance en condition de trouver des solutions durables à leur situation, l’association Atelier Logement Solidaire (ALS) apporte une alternative à (...)

Afin mettre les familles déboutées du droit d’asile et hébergées dans le cadre de la protection de l’enfance en condition de trouver des solutions durables à leur situation, l’association Atelier Logement Solidaire (ALS) apporte une alternative à l’instabilité de l’hébergement d’urgence en hôtel. Conventionnée par le département et en partenariat avec de nombreuses associations locales, ALS loge les familles en appartement tout en leur proposant un accompagnement global, jusqu’à la régularisation de leur situation. Une solution moins chère que les nuitées hôtelières avec un meilleur impact social et économique.

Une action expertisée par Apriles, l’Agence des pratiques et initiatives locales de l’Odas.

>>Lire la suite sur www.apriles.net

En savoir plus

Action Apriles

ECTI : le bénévolat de compétences donne de l’estime aux séniors ( publié le 12-06-2017 )

Afin de mieux vivre leur passage à la retraite, de continuer à se sentir utile et d’apporter leurs expériences professionnelles et humaines, des retraités, anciens cadres ou artisans, se sont regroupés au sein d’une association, ECTI. Ils y mènent des (...)

Afin de mieux vivre leur passage à la retraite, de continuer à se sentir utile et d’apporter leurs expériences professionnelles et humaines, des retraités, anciens cadres ou artisans, se sont regroupés au sein d’une association, ECTI. Ils y mènent des missions ponctuelles de conseil ou d’accompagnement auprès de petites entreprises, de collectivités, de structures de formation, auxquels ils apportent bénévolement leur expertise, en complémentarité de l’activité des salariés. L’occasion de développer la transmission entre générations et de favoriser un autre regard sur les aînés.

Une action expertisée par Apriles, l’Agence des pratiques et initiatives locales de l’Odas.

>>Lire la suite sur www.apriles.net

En savoir plus

Apriles - Acteur du mois

Anne Sarah Kertudo, la voix des « déniés de justice » ( publié le 01-06-2017 )

Anne Sarah Kertudo a ses habitudes dans ce bistrot de quartier. A peine y est-elle entrée qu’on la salue joyeusement. Quoi de plus normal, pour cette jeune femme active, co-fondatrice de l’association Droit pluriel et maman de deux enfants. A la (...)

Anne Sarah Kertudo a ses habitudes dans ce bistrot de quartier. A peine y est-elle entrée qu’on la salue joyeusement. Quoi de plus normal, pour cette jeune femme active, co-fondatrice de l’association Droit pluriel et maman de deux enfants. A la différence près qu’elle ne voit pas ceux qui l’interpellent et qu’elle les entend uniquement grâce à l’appareil dont elle est équipée. Anne Sarah est sourde depuis l’adolescence et atteinte de cécité depuis deux ans. Des handicaps certes invisibles mais qui ont forgé son franc parlé et sa détermination. Car même si elle s’en défend, il lui en aura fallut du courage pour surmonter ces handicaps et surtout les préjugés qui vont avec. « J’ai grandi à la campagne, au sein d’une famille de classe moyenne classique, si ce n’est que nous avions tous des problèmes de vue. Mais que ce soit chez moi ou dans le petit village où nous vivions, jamais personne n’a prononcé le mot handicapé. Je me souviens même avoir eu un professeur de musique aveugle, sans que cela pose le moindre problème. Il a fallu que j’arrive à Paris, pour faire l’expérience, douloureuse, de ma différence, sociale et physique ».

Un portrait rédigé par l’équipe d’Apriles, l’Agence des pratiques et initiatives locales de l’Odas.

>>Lire la suite sur www.apriles.net

En savoir plus

Action Apriles

Améliorer le vivre-ensemble au travail : le projet « Echange ton poste » ( publié le 01-06-2017 )

Afin de favoriser la cohésion entre acteurs municipaux et la transversalité au sein des services, la Ville de Garges-lès-Gonesse propose le dispositif « Echange ton poste » aux agents de mêmes niveaux hiérarchiques. Le principe : permettre à tous de (...)

Afin de favoriser la cohésion entre acteurs municipaux et la transversalité au sein des services, la Ville de Garges-lès-Gonesse propose le dispositif « Echange ton poste » aux agents de mêmes niveaux hiérarchiques. Le principe : permettre à tous de s’immerger en autonomie dans un autre contexte professionnel pendant une semaine. Mise en œuvre initialement au sein d’une Direction Générale Adjointe (DGA), cette action a rencontré un succès tel qu’il s’applique désormais à tous les échelons de la Ville et permet aussi de favoriser les évolutions personnelles et professionnelles.

Cette action a été repérée et expertisée dans le cadre de l’action recherche « Villes et vivre ensemble – La gouvernance locale de la cohésion sociale », menée par l’Odas en partenariat avec le CGET.

Une action expertisée par Apriles, l’Agence des pratiques et initiatives locales de l’Odas.

>>Lire la suite sur www.apriles.net

En savoir plus

Action Apriles

Avec SINGA, réfugiés et particuliers prennent le temps de se rencontrer au CALM ( publié le 01-06-2017 )

Afin de rompre l’isolement des personnes réfugiées et de favoriser leur intégration sociale et professionnelle, l’association SINGA développe, depuis juin 2015, le dispositif « Comme A La Maison » (CALM). Celui-ci permet à des personnes réfugiées d’être (...)

Afin de rompre l’isolement des personnes réfugiées et de favoriser leur intégration sociale et professionnelle, l’association SINGA développe, depuis juin 2015, le dispositif « Comme A La Maison » (CALM). Celui-ci permet à des personnes réfugiées d’être hébergées chez des particuliers volontaires pour une durée de trois à douze mois, le temps pour les premiers de consolider leur projet professionnel et de trouver un logement autonome. L’ambition de CALM dépasse cependant largement l’enjeu de l’accès au logement : en favorisant la rencontre et le partage entre citoyens de la société d’accueil et réfugiés par le biais d’une plateforme en ligne repérant les centres d’intérêt communs, l’association SINGA nourrit avant tout le goût de l’Autre et la création de liens.

Une action expertisée par Apriles, l’Agence des pratiques et initiatives locales de l’Odas.

>>Lire la suite sur www.apriles.net

En savoir plus

Action Apriles

Adapemont, l’insertion « vachement » nature ( publié le 01-06-2017 )

Afin de contribuer au développement local de leur territoire rural très enclavé, des élus du Sud Jura ont constitué l’association Adapemont (Association pour le Développement et l’Animation de la Petite Montagne) en 1979. Largement portée par les (...)

Afin de contribuer au développement local de leur territoire rural très enclavé, des élus du Sud Jura ont constitué l’association Adapemont (Association pour le Développement et l’Animation de la Petite Montagne) en 1979. Largement portée par les habitants elle a pour objectifs de valoriser et animer le territoire et d’accompagner des salariés vers un emploi stable par des chantiers d’insertion. C’est dans ce cadre qu’a été développé un élevage conservatoire de vaches « Highland ». Cette activité permet notamment d’accueillir plus de femmes que les autres chantiers, de développer une activité économique respectueuse de l’environnement et, en contribuant à la gestion écologique des espaces, de favoriser un tourisme « vert ».

Une action expertisée par Apriles, l’Agence des pratiques et initiatives locales de l’Odas.

>>Lire la suite sur www.apriles.net

En savoir plus

Action Apriles

Patrimoine et mémoire, un bon mix intergénérationnel ( publié le 01-06-2017 )

Afin de mettre en valeur le patrimoine de leur village et de participer à la conservation de la mémoire, les habitants de la petite commune de Prévinquières en Aveyron ont créé ensemble un parcours sonore basé sur le témoignage des villageois, des plus (...)

Afin de mettre en valeur le patrimoine de leur village et de participer à la conservation de la mémoire, les habitants de la petite commune de Prévinquières en Aveyron ont créé ensemble un parcours sonore basé sur le témoignage des villageois, des plus jeunes aux plus âgés. Sa réalisation a été l’occasion de redonner confiance aux personnes âgées en leur valeur au sein de la communauté, de créer du lien entre natifs du village et nouveaux arrivants, entre élus et citoyens, et entre les générations. L’initiative a su faire naître une certaine convivialité au sein du village, tandis que l’augmentation du nombre de visiteurs a dynamisé le territoire.

Une action expertisée par Apriles, l’Agence des pratiques et initiatives locales de l’Odas.

>>Lire la suite sur www.apriles.net

En savoir plus

Dépenses départementales d’action sociale en 2016 : l’enquête annuelle de l’Odas ( publié le 30-05-2017 )

En savoir plus

Publication

Enquête annuelle : « Dépenses départementales d’action sociale en 2016 : des résultats en trompe l’oeil » ( publié le 22-05-2017 )

Quelques semaines seulement après la clôture par les Départements de leur exercice budgétaire 2016, l’Odas présentait, mardi 30 mai 2017, les résultats de son enquête annuelle sur les dépenses départementales d’action sociale.
Alors que les besoins (...)

Quelques semaines seulement après la clôture par les Départements de leur exercice budgétaire 2016, l’Odas présentait, mardi 30 mai 2017, les résultats de son enquête annuelle sur les dépenses départementales d’action sociale.

Alors que les besoins sociaux qui ne cessent d’augmenter avec le vieillissement de la population et la hausse du chômage, on s’attendait à un accroissement important des dépenses nettes d’action sociale des Départements. Or, avec 36,8 milliards d’euros en France métropolitaine pour 2016, leur progression est faible (+1,9%) et la situation est d’autant plus inédite qu’elle s’accompagne d’une progression encore plus faible de la charge nette (+1,3%). On pourrait alors espérer que s’éloigne le risque d’asphyxie financière d’un nombre important de Départements si souvent évoqué. Or il est peu probable que cette évolution favorable perdure. Car certains éléments qui expliquent cette année de répit sont d’ordre conjoncturel : baisse du nombre de bénéficiaires du RSA, augmentation des concours de la CNSA, maîtrise des dépenses de personnel. Analysons par grand domaine d’intervention ces évolutions.

 Insertion

La dépense nette d’insertion s’élève à 10,17 milliards d’euros, soit 330 millions d’euros supplémentaires par rapport à 2015 (+ 3,4 %). La dépense d’allocation RSA qui représente plus de 90 % de cette dépense, s’élève à 9,49 milliards d’euros. Elle augmente à un rythme moindre que les années précédentes (+ 3,8 %, soit 350 millions d’euros supplémentaires). Cela s’explique par l’accroissement du montant moyen de l’allocation qui a été revalorisé à deux reprises (0,1 % en avril et de 2 % en septembre), car en revanche, le nombre de bénéficiaires a baissé (-72 870). Cette baisse résulterait essentiellement du passage à la prime d’activité qui remplace le RSA activité. En effet ce nouveau dispositif ne comprend pas de système d’ouverture automatique des droits au RSA. Les autres dépenses d’insertion (création d’emploi, accompagnement social…), d’un montant de 650 millions d’euros, continuent de diminuer (- 50 millions d’euros en 2016), essentiellement dans le champ de l’insertion professionnelle. Or, c’est là que devrait s’intensifier les efforts des Départements.

 Soutien aux personnes handicapées

La dépense nette de soutien aux personnes handicapées s’élève à 7,32 milliards d’euros, soit une augmentation de 190 millions d’euros (+ 2,7 %), contre 270 millions d’euros les années précédentes. Les concours de la CNSA restant stables, la charge nette totale du chapitre progresse d’autant, soit 190 millions d’euros. La dépense d’hébergement, qui constitue toujours les deux tiers de la dépense du chapitre, progresse de 2,3 %, soit 110 millions d’euros supplémentaires pour un total de 4,92 milliards d’euros. La prestation de compensation du handicap (PCH), qui s’élève à 1,85 milliard d’euros, poursuit comme chaque année sa progression à un rythme soutenu (+ 5,7 %), essentiellement en raison de l’augmentation de 4,5 % du nombre de bénéficiaires (+ 11000, soit un total de 255 000 bénéficiaires en 2016).

 Soutien aux personnes âgées dépendantes

La dépense nette de soutien aux personnes âgées dépendantes s’élève à 6,89 milliards d’euros, soit 120 millions d’euros supplémentaires par rapport à 2015 (+ 1,8 %). En ce qui concerne l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) à domicile, la dépense qui s’élève à 3,32 milliards d’euros en 2016 augmente de 80 millions (+ 2,5 %). Cette augmentation s’explique par le début de la mise en oeuvre de la loi d’adaptation de la société au vieillissement (ASV) qui prévoit une revalorisation des plans d’aide d’APA à domicile. L’APA en établissement progresse de 50 millions d’euros (+ 2,1 % contre 3,1 % en 2015) pour atteindre 2,39 milliards d’euros. Ce ralentissement est probablement lié aux contraintes budgétaires imposées aux Ehpad, tandis que le nombre de bénéficiaires augmente (523 600 bénéficiaires, soit 6 500 de plus qu’en 2015). Par ailleurs, la dépense nette d’aide sociale à l’hébergement (1,30 milliard d’euros), qui représente 20 % de la dépense totale du chapitre, varie peu en raison de la stabilité du nombre de bénéficiaires (- 1,2%, soit 112 600 au total). A noter que pour la première fois, la charge nette de ce secteur diminue pour les Départements (passant de 5,06 milliards d’euros en 2015 à 4,85 milliards en 2016) car l’Etat a attribué un supplément de concours financier pour l’APA supérieur à l’augmentation de la dépense (voir tableau).

 Protection de l’enfance

C’est sans précédent depuis la décentralisation. La dépense d’aide sociale à l’enfance n’augmente que de 40 millions d’euros pour atteindre 7,27 milliards d’euros (+ 0,6 %). La dépense d’accueil (6,08 milliards d’euros) représente près de 84 % du total de ce chapitre et augmente de 1,3 %. En 2016, 3600 jeunes supplémentaires ont été accueillis par rapport à 2015. Cette hausse est liée à l’accueil des mineurs (+ 5000) tandis que le nombre de jeunes majeurs pris en charge s’est à nouveau réduit (- 1400). L’accueil en établissement a progressé. La dépense a augmenté de 2 % pour atteindre 4 milliards d’euros, en raison notamment de l’accueil des mineurs non accompagnés (MNA). Le placement familial reste stable (2,19 milliards d’euros). Ceci s’explique en partie par les difficultés de recrutement d’assistants familiaux, métier souffrant d’une faible attractivité. Les autres dépenses qui concernent le soutien à domicile dont la prévention (1,2 milliard d’euros) continuent à baisser lentement (- 3,3 %). A noter que, malgré les difficultés financières, certains Départements ne renoncent pas à innover dans le domaine de la prévention. Cependant, sans un investissement conséquent dans ce champ, les Départements ne parviendront pas à limiter les prises en charge coûteuses et trop tardives pour être pleinement efficaces.

>>Télécharger la lettre de l’Odas « Dépenses départementales d’action sociale en 2016 : des résultats en trompe l’oeil »

>>Télécharger l’infographie « Les chiffres clés de l’action sociale départementale en 2016 »

>>Télécharger les données détaillées sur les dépenses d’action sociale départementale de 1984 à 2016.

Pièces Jointes : ( cliquez pour télécharger )

En savoir plus

Mentions légales / Contactez-nous / Plan du site / Flux RSS Flux RSS